7ème Global Summit of Women - une délégation française forte et active

Depuis plus de 26 ans, le Global Summit of Women rassemble les femmes de tous les secteurs - publics, privés et sans but lucratif  à travers le monde. Il offre une unique opportunité d'échanger autour des stratégies forgées par les femmes leaders dans différentes parties du monde.

Le 7ème Global Summit of Women a eu lieu à Tokyo (du 11 au 13 mai 2017) sur le thème "Beyond Womenomics: Accelerating Access". 1.300 délégués venus de 62 pays, dont des dirigeants d'États, de gouvernements, des organisations des femmes et des entrepreneuses. Les participants ont discuté des mesures visant à encourager et promouvoir encore plus la participation des femmes à la vie économique.

La délégation française sous la direction de Mme Muriel Pénicaud, Présidente de Business France a compté près de 40 participantes, dont certaines issues des réseaux féminins français comme Cyberelles.



Enseignement supérieur : faut-il parler d’une révolution numérique ?


Depuis l’antiquité, l’enseignement repose sur un triptyque constitué d’une institution (le lycée pour Aristote, l’académie pour Platon) dans laquelle se rencontrent enseignants et élèves. Ce triptyque est-il en train de disparaître ou d’évoluer en profondeur ? Peut-on parler d’une révolution numérique dans l’enseignement, et notamment dans l’enseignement supérieur ? The Conversation
Pour répondre à cette question, plusieurs points demandent à être clarifiés : si révolution il y a, le numérique n’en est qu’un des éléments ; quand on l’évoque, on parle surtout des MOOC (massive open online courses), mais le numérique permet bien d’autres formes d’enseignement ; il faut enfin revenir sur les mythes liés à cette « révolution »


Image 20170407 31640 lzdzl6
Le numérique est un des moteurs de la transformation de l'enseignement, mais pas le seul. Pexels

Le numérique, un moteur de changement parmi d’autres

Trois phénomènes sont sans doute en train de se combiner au niveau de l’enseignement supérieur. Le premier, sans doute le plus important, est la massification. Le marché mondial est évalué à 4,3 trillions de dollars en 2015. En une douzaine d’années (2000-2012), les effectifs d’étudiants ont quasiment doublé, passant de 100 à 196 millions.
L’Inde connaît par exemple une croissance exponentielle en ce domaine. Le deuxième est la certification. Des organismes se sont mis en place pour certifier et accréditer les institutions d’enseignement. Enfin, les technologies numériques semblent appelées à occuper une place croissante même si elle est aujourd’hui très limitée (2 % du marché mondial).
Lorsque l’on évoque le numérique dans l’enseignement, on met en avant les MOOC qui permettent de donner accès à des vidéos, des quiz, des activités collaboratives et ont l’avantage d’offrir de la flexibilité : l’étudiant apprend à son rythme et valide chaque étape. Cependant, il existe également les classes inversées (l’étudiant acquiert les connaissances hors de la salle de cours, sur des supports numériques, et le professeur échange avec lui lors du cours, en présentiel ou sur écran), les jeux sérieux (serious games), les dispositifs hybrides qui combinent cours traditionnels et techniques numériques, ou l’apprentissage collaboratif (souvent via les pairs, c’est-à-dire les étudiants entre eux, échangeant par exemple sur des forums).

Le numérique pour quoi faire ?

Quatre facteurs peuvent jouer dans l’adoption du numérique dans l’enseignement. Il permet tout d’abord des innovations pédagogiques comme, par exemple, l’apprentissage par le jeu. Mais est-ce vraiment si nouveau ? Deuxièmement, le numérique entraînerait des économies. On peut en douter. Les chiffrages montrent que la mise au point d’un MOOC varie entre 30 000 et 100 000 euros selon la discipline.
Troisièmement, il y aurait, pour l’institution, la possibilité d’un gain en notoriété à passer à l’enseignement en ligne. Concrètement, la quantification de ces gains potentiels est difficile à établir. Enfin, l’enseignement en ligne serait une demande des étudiants. Pour l’instant, les seules études qui existent montrent que, pour un même enseignement, les étudiants sont plus satisfaits quand ils l’ont reçu en présentiel que quand ils l’ont eu en ligne.
L’enseignement numérique se répand donc sous l’effet de facteurs apparemment peu fondés en raison.

Quelle légitimité ?

L’enseignement numérique pose trois types de problème de légitimité. Le premier touche à la relation entre l’institution d’enseignement et l’enseignant. À qui appartient un MOOC ? Au professeur qui l’a conçu ou à la direction des systèmes informatiques de l’institution qui l’a réalisé ? Si l’enseignant change d’institution, peut-il partir avec son MOOC ou doit-il le laisser dans l’institution où il l’a réalisé ?
Dans certains cas, la réalisation d’un MOOC est partie intégrante des missions prévues dans le contrat liant l’enseignant et l’institution qui l’emploie. Mais dans d’autres cas, elle fait l’objet d’un contrat spécifique. Pour l’enseignant, la digitalisation de ses cours apparaît comme une contrainte supplémentaire imposée par l’institution en plus d’une multiplication des tâches déjà lourde et une dévalorisation de son statut, les ingénieurs en informatique et en pédagogie devenant de plus en plus centraux.
On pourrait penser que les étudiants, vivant dans un monde digitalisé depuis leur enfance maintenant, sont en attente de son développement dans l’enseignement. Il est vrai que l’interactivité les attire. Néanmoins, ils restent en réalité très attachés (au moins pour l’instant) au contact direct avec le professeur et ne sont pas prêts à accepter la disparition de ce lien. De même, les échanges sur les forums ne remplacent pas les échanges directs, avant et après les cours.
La digitalisation met enfin en cause la relation entre l’institution et les élèves ou leurs familles. Les coûts de l’enseignement supérieurs sont vécus comme très élevés : avec le développement des enseignements en ligne, les familles ont le sentiment de ne pas en avoir pour leur argent. Les établissements sont alors pris dans un dilemme : pour attirer plus d’étudiants et accroître leur réputation, ils investissent dans l’enseignement en ligne ; cet investissement est élevé et il est assuré par une augmentation des frais d’inscription et des levées de fonds ; les familles paient de plus en plus cher pour un service de plus en plus standardisé et qui apparaît minimal.
On voit se profiler un modèle dans lequel des établissements prestigieux (Harvard, MIT, Oxford, Cambridge) maintiendront le contact direct entre des étudiants et des professeurs prestigieux, alors que d’autres se spécialiseront dans l’enseignement en ligne de masse.

Course au numérique et lente transformation

Pris dans l’étau d’une concurrence de plus en plus intense, dans un contexte de globalisation et de massification de l’enseignement supérieur, les établissements se sont lancés dans une course à la digitalisation de leur enseignement, dont l’issue demeure incertaine. La vision selon laquelle la digitalisation entraînerait quasi mécaniquement une amélioration qualitative de l’enseignement, une baisse des coûts et un gain en termes d’image apparaît pour l’instant largement utopique.
Plutôt qu’une révolution, ce que l’on voit se dessiner pour l’instant relève plutôt d’une transformation lente de l’ensemble du système d’enseignement (mais qui pourrait s’accélérer brusquement), la digitalisation n’étant qu’une des composantes de cet ensemble, aux effets difficiles à évaluer pour l’instant.

Référence : Ghozlane Samia, Deville Aude & Dumez Hervé (2016) « Enseignement supérieur : mythes et réalités de la révolution digitale », Gérer et Comprendre, n° 126, pp. 28-38.
Hervé Dumez, Professeur à l’École polytechnique, directeur du Centre de recherche en gestion (École polytechnique) et de l’Institut interdisciplinaire de l’innovation, président de la Société Française de Management, Collège des Bernardins; Aude Deville, Professeur des Universités à l’IAE de Nice, Université Nice Sophia Antipolis et Samia Ghozlane, Directrice La Grande Ecole du Numérique, International University of Monaco
La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

ACTUALITÉS EN BREF La formation au 21ème siècle : le numérique au service de l’innovation pédagogique

Samia Ghozlane, Directrice De La Grande Ecole Du Numérique, est intervenue sur Eduspot France sur le sujet « la formation au 21ème siècle : le numérique au service de l’innovation pédagogique »
.

Paul Duan. "Je pense qu'on peut baisser le chômage de 10 %"


A 24 ans, Paul Duan est le fondateur de Bob Emploi, un site associé à Pôle Emploi qui propose des offres d'emploi beaucoup plus personnalisées. Il a la conviction de pouvoir mettre "la puissance de l’algorithme" au service des chômeurs.

The Digital World and the Future of Work - 2016 OECD Idea Factory

The OECD_IdeaFactory invites global experts and Forum participants to work together to explore significant social phenomena, combine their perspectives, and discuss the potential of new approaches and solutions. Inside the IdeaFactory, everyone is part of the process, everyone’s experience counts, and ideas can be combined, tested, prototyped and formed into potential new solutions.
This report contains a summary of all the content captured by the facilitation team through writing and visual dialogue mapping. It is not a complete transcript and does not claim to be precise; we hope it captures the main ideas and concepts that emerged and were discussed during the session. The opinions expressed and arguments employed in this report are those of the participants in the OECD_IdeaFactory and do not necessarily reflect the official views of the OECD or the governments of its member countries.